Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 14:42

Nous y sommes presque. Dans 15 jours, la commission DALO me fera part de son avis sur le traitement de mon dossier par les différentes agences de logements sociaux depuis 2008. Considèrera-t-elle enfin qu'une jeune femme de 28 ans, presque 29, a le droit de vivre décemment dans un appartement 2 pièces ou encouragera-t-elle les bailleurs sociaux et partenaires municipaux à construire et louer des logements inadaptés aux citoyens ? J'espère que la situation tournera en ma faveur.

 

Ce serait d'ailleurs plutôt bienvenu, d'autant plus que deux nouveaux coups durs viennent de me tomber dessus. Côté travail cette fois-ci.

 

¤ Le premier concerne mes démarches pour devenir indépendante dans le domaine de l'apprentissage et de l'évaluation en Français Langue Etrangère. Il y a 2 semaines, j'ai rencontré la directrice commerciale d'une école privée de Lille. Bâtiment magnifique bien qu'en chantier, en plein centre-ville. Très enthousiaste, j'ai très vite déchanté : selon la directrice, l'école n'a pas les moyens de rémunérer les enseignants au dessus de 25€ l'heure de cours. 

 

Ce chiffre peut faire rêver mais une fois les charges sociales déduites et si on tient compte du travail effectué pour préparer l'heure de cours, celui effectué après l'heure de cours (correction des devoirs, entretien avec les élèves...) et les charges parallèles (transport, papier, photocopies...) cela correspond à un revenu net de 4,91€ / heure. Qui travaille pour 4,91€ de l'heure ?

 

 J'ai besoin de travailler, j'ai besoin d'argent mais dois-je me rabaisser à ce tarif ? Dois-je manquer de respect envers ma formation (qui - je le rappelle - a duré 6 ans post-bac et m'a permis d'obtenir le grade de Master ès Sciences du Langage) et encourager les directeurs d'établissement de formation à sous-payer leurs enseignants (indépendants comme salariés) ?

 

¤ Le second concerne mon travail pour le Centre International d'Etudes Pédagogiques et plus précisément le système de paiement des contractuels. Fin janvier, j'aurais dû toucher environ 366 € pour un travail effectué en novembre-décembre. Je m'étonne de ne toucher que 220€, contacte ma supérieure et j'apprends qu'elle a malencontreusement oublié de déclarer une partie de mon travail au service des ressources humaines. Tout le monde peut faire des erreurs et cela n'aurait pas eu d'importance si une régularisation avait pu être faite immédiatement. Problème : l'erreur ne sera réparée que dans un mois. Je cite ma supérieure :

 

"Il n’y a malheureusement pas moyen de faire plus vite, les payes n’étant versées qu’à la fin de chaque mois. J’en suis vraiment navrée."

 

Je suis déjà payée plus d'un mois après avoir terminé le travail, ce travail n'est pas reconnu par le Pôle Emploi et n'entre pas en compte dans le calcul de mes indemnités chômage car il s'agit de la Fonction Publique (et je ne travaille apparemment pas assez pour prétendre au chômage de la fonction publique), et je devrais attendre un mois de plus pour être rémunérée à juste titre pour un travail rendu dans les délais ? Si les 220€ restant doivent être déclarés en février, soit, mais puis-je au moins espérer avoir une avance sur salaire pour ne pas être dans le rouge mi-février ? La question a été posée au service concerné... en voici la réponse :

 

 

"Il n’y a malheureusement pas d’avance sur HSE aux ressources humaines et les heures qui vous restent dues ne pourront vous être versées qu’à la fin février.

Nous sommes vraiment désolées mais il n’y a pas moyen de faire autrement."

 

 

 

 

Voilà pourquoi une réponse favorable de la commission DALO,

me plaçant en haut de toutes les piles de dossiers en attente

pour un T2 me soulagerait vraiment !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Emilie Thieuw
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Je veux un logement dans le Nord
  • Je veux un logement dans le Nord
  • : Mon périple pour obtenir un logement social au nord de la métropole lilloise de mars 2008 à septembre 2013.
  • Contact

Je m'appelle Emilie Thieuw. Je suis née en 1984 à Tourcoing. J'y ai grandi, fait mes classes de la maternelle au baccalauréat, appris le solfège & le piano au conservatoire municipal, fait du bénévolat dans une amicale laïque, travaillé au sein des centres sociaux de quartier et des magasins du centre-ville.

 

Ma première demande de logement social dans le Nord a été déposée le 6 mars 2008, avec l'aide d'une assistante sociale de la ville de Tourcoing. Sans nouvelle de la part des agences de HLM, j'ai été contrainte de m'expatrier en Lorraine en septembre 2008. Depuis, on ne m'a fait visiter qu'un studio, ce qui ne correspond pas au seul critère de ma demande : avoir un T2 pour pouvoir recevoir amis et famille ailleurs qu'autour de mon lit... Cette visite c'était fin 2010, depuis... plus de visite.